Aqui! – Sciences Po inaugure son nouveau campus à Poitiers

11/04/2019 | 12:00 Sciences Po médias  
Depuis janvier, le campus de Poitiers de Sciences Po a emménagé dans un nouveau bâtiment de 2 500m2 réhabilité à l’occasion. Il s’agit de l’ancien bâtiment de l’École de Commerce et de Management (Escem) situé rue Jean-Jaurès au coeur de Poitiers. Un changement de lieu qui devrait permettre de recevoir plus d’étudiants. Ce mercredi 10 avril, l’inauguration a eu lieu avec comme invités, le directeur de Sciences Po, le président de la fondation nationale des Sciences Politiques, la directrice du campus, le président de la région, le maire de Poitiers, le vice-président du conseil départemental. L’occasion de visiter ce nouvel édifice et de découvrir les activités du campus annexe de cette grande école.

Cela fait 18 ans que Sciences Po dispose d’un campus à Poitiers composé de 187 élèves et d’une centaine d’enseignements. Depuis janvier, ils ont abandonné leur site historique de l’hôtel Chaboureau, à deux pas de la place Notre-Dame, pour l’ancien couvent des Jacobins (XIIIe siècle), plus grand et désormais baptisé collège Aliénor. Un bâtiment réhabilité à l’occasion. Au rez-de-chaussée, des espaces accueillants : cafétéria, bureaux dédiés à la vie associative, espaces de travail, un amphithéâtre. Aux étages, salles de cours équipées de technologies de pointe, d’autres amphithéâtres, salles de musique et d’art, studio de montage, une bibliothèque sous les combles avec charpente apparente. Tous les noms attribués aux différents espaces portent bien évidemment des consonances latines et hispaniques : Gabriel García Márquez, (écrivain colombien), Frida Kahlo (artiste peintre mexicaine), Luis Buñuel (scénariste et réalisateur mexicain), Paulo Freire (humaniste brésilien), Gabriela Mistral (femme de lettres, prix Nobel de littérature chilienne), Rubén Darío (poète nicaraguayen). « Ce nouveau bâtiment est un beau projet mené avec les équipes parisiennes et les collectivités. Tous les étudiants seront à la fois les acteurs et les bénéficiaires de ce déménagement. Ils vont participer à l’identité et à l’âme de ce collège Aliénor », explique Pascale Leclercq, directrice du campus de Poitiers de Sciences Po, lors du discours introductif de l’inauguration.
 
Ici, les étudiants suivent un cursus de deux années. Le campus est spécialisé sur la zone géographique de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine. L’enseignement est dispensé en anglais et en français, l’espagnol et le portugais peuvent également être intégrés au programme. Les étudiants explorent l’histoire de l’Amérique latine et ses problématiques contemporaines, telles que les questions démocratiques, les modalités d’insertion des économies dans la mondialisation, le développement urbain, l’intégration régionale et continentale. Le profil des élèves est très hétéroclites. Au total, 34 nationalités sont représentées sur les 187 étudiants (dont la moitié sont des étrangers).
 
Un gros investissement de la région Nouvelle-Aquitaine
 
Le nouveau bâtiment a été acquis par la région Nouvelle-Aquitaine et réhabilité (par la région, Grand Poitiers et la Vienne). Au total, la région a accompagné cette opération à hauteur de 4,2 millions d’euros : 1,2 million d’euros pour l’acquisition, 1 million d’euros pour les travaux d’aménagement, 500 000 euros en équipements et 1 million et demi d’euros pour le fonctionnement de 2019 à 2021. Une convention a été établie pour mettre à disposition les bâtiments à titre gracieux. Alain Rousset a assisté à son inauguration ce mardi 10 avril. Le président de la région Nouvelle-Aquitaine semble particulièrement ému, notamment parce qu’il est ancien élève de Sciences Po à Paris. « Accueillir Sciences Po à Poitiers est un enjeu intéressant. Cette grande école joue un rôle dans le développement des administrations des territoires et du pays. » Il a également retrouvé un ami de longue date, Olivier Duhamel : « L’Amérique latine et la péninsule ibérique sont les territoires les plus métissés, les plus inégalitaires aussi, les plus catholiques, les plus révolutionnaires. On retrouve des plus sur ce campus dédié à ces zones géographiques, notamment la plus grande diversité, plus de mètres carrés, et bientôt plus d’étudiants. » Mais ce qui a retenu l’attention d’Alain Rousset, c’est la charpente apparente. « Étudier sous des charpentes telles que celles-ci, si vous ne réussissez pas, je ne comprends pas, dit-il en s’adressant aux étudiants. Elles sont fabuleuses, en forme de bateau renversé, Je me demande s’il ne faut pas que nous mettions en place avec madame la directrice un diplôme charpentier-Sciences Po », ironise le président de la région
 
Grand Poitiers a également apporté son soutien dans l’installation de Sciences Po dans ses nouveaux locaux. Alain Claeys, le maire de Poitiers, se souvient que c’était le prédécesseur de Frédéric Mion, Richard Descoing, qui l’avait initiée en 2001. « Une agglomération comme Poitiers a besoin de se démarquer du paysage territoriale pour bénéficier de fonctions métropolitaines. Vous êtes intégrés à la vie de Poitiers et pas seulement aux festivités, mais aussi à la vie sociale avec des partenariats avec les centres sociaux et culturels »
 
Frédéric Mion, le directeur de Sciences Po a été reconnaissant. « Envers les collectivités territoriales qui ont rendu possible ce déménagement dans ce nouveau campus, leur soutien a été renouvelé. Reconnaissance aussi à toutes les équipes de Sciences Po qui ont tout mis en oeuvre pour mener à bien l’installation sur ce site. Reconnaissance aux étudiants pour leur énergie débordante, leur soif de savoir et leurs actions.» Des actions que les étudiants gardent en mémoire après leurs études à Poitiers. C’est le cas de Stefano Badalacchi, d’origine colombienne. Il fait partie de la promotion de 2009. Aujourd’hui, il travaille à Paris-la Défense, pour une entreprise de courtage en assurance. « Poitiers m’accompagne encore aujourd’hui. C’est mon mot de passe pour les réseaux sociaux et mon portable. Ici, j’ai trouvé une nouvelle famille solidaire. J’ai appris à apprendre. Poitiers m’a donné aussi l’amour de ma vie ». Il va bientôt se marier avec une ancienne étudiante rencontrée à Poitiers.
 
Plus d’étudiants
 
Ce nouveau bâtiment va permettre d’accueillir plus de manifestations et d’événements. Le 15 juin, l’office du tourisme de Poitiers empruntera les locaux pour recevoir des personnalités d’Amérique latine. Fin avril, pour les 20 ans de l’euro, la banque de France y animera des rencontres. Autre point fort, les effectifs. Dans les 900 m2 de l’hôtel Chaboureau, les étudiants étaient à l’étroit, sachant que leur nombre avait déjà augmenté de 15% ces cinq dernières années. Au collège Aliénor, il devrait y avoir d’ici peu 250 élèves. « Nous avons des perspectives de recrutement, reconnaît la directrice du campus, Pascale Leclercq. D’ici deux ans, nous allons recruter un tiers d’étudiants en plus ».

      string(2) "fr"